Vivement 2020 !

Il s’est joué ces derniers jours un triste épisode de la vie de notre démocratie locale. Le 23 novembre à Montesson les maires des 20 communes de la nouvelle communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine ont établi les statuts de celle-ci. Comme le prévoit la loi, un « accord des maires » permet d’augmenter le nombre de conseillers communautaires afin de favoriser les plus petites communes. Au lieu de 74 conseillers (dont 24 pour les 10 communes de Saint-Germain Seine et Forêts au lieu de 40 actuellement), les maires en ont demandé 94 (dont 33 pour SGSF), chiffre ramené à 92 (dont 31) par le préfet. Du coup l’objectif d’avoir au moins 2 conseillers par commune n’est pas atteint (Aigremont et Mareil-Marly n’en ont plus qu’un). Donc à quoi bon les 18 conseillers supplémentaires, sans parler de l’armée mexicaine des 15 vice-présidents prévus au bureau communautaire.

Ce surplus de conseillers par rapport au régime de base permet-il au moins aux oppositions municipales de continuer à être représentées à l’intercommunalité (4 sur 40 actuellement) ? Hélas non. A Marly-le-Roi (qui passe de 6 à 5 conseillers communautaires) comme à Saint-Germain-en-Laye (de 12 à 10), les maires ont éliminé les élus de gauche. Il faut dire qu’ils en avaient la possibilité puisque la désignation des conseillers passait par un vote du conseil municipal plutôt que par la prise en compte du vote des électeurs de mars 2014 (!!!). Jean-Yves Perrot comme Emmanuel Lamy avaient l’option de présenter chacun dans leur mairie une liste d’union préservant la diversité des sensibilités. Evidemment il était un peu naïf d’y croire, mais, après le choc du 1er tour des Régionales, on se prenait à espérer ce sursaut républicain.

Eh bien non, le 14 décembre, simultanément à Saint-Germain-en-Laye et à Marly-le-Roi, les conseils municipaux ont éliminé les conseillers communautaires de gauche, respectivement Pascal Lévêque et Jacques Chesnais. Seule Anne Gommier (conseillère municipale d’opposition DVD à Saint-Germain-en-Laye), qui a refusé de faire liste commune avec Pascal Lévêque, est reconduite. Elle est suppléante du député-maire de Chambourcy, Pierre Morange. C’est dire le degré de liberté dans les débats communautaires de la seule élue d’opposition qui représentera les communes de SGSF (retrouvez la vidéo de la délibération et du vote sur ce lien, à 2h28). A Louveciennes qui passe de 3 à 2 conseillers, Stéphane Pihier, représentant de l’opposition municipale (DVD) depuis la démission d’André Vanhollebeke, est également écarté.

Depuis les élections de mars 2015, le conseil départemental des Yvelines est à 100% composé d’élus de la « majorité » choisis et investis par Pierre Bédier. Faut-il reproduire ce modèle au niveau de l’intercommunalité ? Je ne le pense pas. Bien sûr on n’en est pas là encore. Au conseil communautaire de Saint-Germain Boucles de Seine il y aura bien des conseillers d’opposition de gauche. Sans doute 8 sur 92, pour la plupart élus de Bezons (Val d’Oise). Vivement 2020 et l’élection des conseillers communautaires au suffrage universel direct sans le « fléchage » que l’on a connu en 2014. Mais ce projet qui a un moment figuré dans la loi NOTRE (amendement écologiste) avant d’être retiré, doit devenir encore engagement des candidats à la Présidentielle de 2017.

Un commentaire au sujet de “Vivement 2020 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>