« Un département qui n’est pas endetté, mais qui ne fait rien ! »

silly_eychenne_190315

Le Parti Socialiste risque gros, très gros, sur ces élections départementales des 22 et 29 mars. Une trentaine de départements peuvent basculer à droite. Dans les Yvelines, l’enjeu est particulier. Le PS ne sera pas évincé puisqu’il ne compte en effet, sur un total de 39, que 9 conseillers sortants, issus des cantons les plus peuplés. Ce petit groupe constitue d’ailleurs à lui seul l’opposition à l’EPY (la majorité départementale) de Pierre Bédier, lequel visait il y a encore quelques semaines le grand chelem en 2015 : 42 élus UMP-UDI sur 42. Il semble s’être ravisé depuis…

Lors de la dernière réunion publique, ce jeudi 19 mars, du binôme socialiste candidat sur le nouveau canton de Saint-Germain-en-Laye, les attaques se sont concentrées autour de l’actuel président du Conseil général. Pascal Lévêque, chef de file PS pour la région de Saint-Germain-en-Laye et parrain du binôme, n’a pas manqué de rappeler les soucis de Pierre Bédier, très probable futur président du Conseil départemental, avec la justice (il a été condamné à de la prison avec sursis pour corruption passive, une condamnation qui a été confirmée en appel). Et c’est de bonne guerre !

Les candidats Angéline Silly et Thibaud Eychenne ont quant à eux détricoté le bilan du Conseil général des Yvelines. « Un département qui n’est pas endetté, mais qui ne fait rien ! » selon Angéline Silly. Les Yvelines sont 98ème, donc tout au fond de la classe, pour les dépenses de solidarité, selon un récent palmarès établi par BFM Business. Ce qui s’explique notamment par l’absence de politique d’aide à l’hébergement en EHPAD des personnes âgées dépendantes, la fermeture de la dernière crèche départementale en 2014 ou la réduction drastique du nombre des PMI pour l’aide à la jeune enfance, des PMI qui sont pourtant par nature des services publics de proximité. De son côté, Thibaud Eychenne (20 ans) déplore le manque d’investissements en faveur des collèges et l’absence d’aide aux étudiants qui leur éviterait le recours à un salariat pénalisant dans leur cursus universitaire.

Une fin de campagne offensive donc dans le quartier du Bel-Air à Saint-Germain-en-Laye. Elle aura été ponctuée ce jeudi soir par un argumentaire complet de Jacques Schellhorn, candidat remplaçant, visant à contrer les thèses du Front national, sans doute le compétiteur le plus redoutable pour le PS actuellement, même dans le canton de Saint-Germain-en-Laye qui pourtant était loin juqu’à présent d’être terre frontiste.

Retrouvez la liste de tous les candidats (5 binômes) pour le canton de Saint-Germain-en-Laye dans cet article.

Un commentaire au sujet de “« Un département qui n’est pas endetté, mais qui ne fait rien ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.