Les projets d’aménagements « circulation douce » des 10 communes

aigremont_0615_01

La Communauté d’Agglomération Saint-Germain Seine et Forêts a réservé un fonds de 500000 euros en 2015 pour financer (à hauteur de 50% maxi) des projets d’aménagements de mobilité « durable » (modes actifs, circulation douce) réalisés par les communes membres. Ces projets commencent à émerger – ils devaient être soumis en conseil municipal avant le 30 septembre – et nous avons tenté de les recenser. Lire la suite

Démocratie locale en danger : l’opposition de Chambourcy demande justice

La vie de notre démocratie locale s’organise au rythme des conseils municipaux. C’est un rendez-vous, en général mensuel, très important, que la plupart des maires s’attachent à organiser avec rigueur et loyauté vis-à-vis de l’opposition municipale et donc de l’ensemble de la population. Qu’ils en soient remerciés. Malheureusement notre observatoire de la démocratie locale pour notre région de Saint-Germain-en-Laye relève plusieurs écarts par rapport à la rigueur et à la loyauté attendues.

L’opposition municipale est le garant de notre démocratie locale. Les conseillers d’opposition sont des élus comme les autres (à ceci près qu’ils représentent chacun beaucoup plus d’électeurs que les élus de la majorité !) et doivent donc être informés sur les textes et délibérations aussi parfaitement que les conseillers de la majorité. Souvent d’ailleurs ce sont ces élus d’opposition qui animent les débats des conseils, apportant, lors des délibérations, une contradiction, une objection, un autre regard, intervenant utilement là où l’élu majoritaire ne va pas vouloir s’exposer, mettre en évidence une autre sensibilité que celle de son groupe et de son maire. Trahir en quelque sorte son camp. On peut comprendre et respecter cette retenue aussi.

vigilance_chambourcy

A ce sujet, dans notre région, une commune se distingue particulièrement : Chambourcy. Nous l’avons signalé lors d’un premier banc test des conditions d’organisation des conseils municipaux. Vous pouvez retrouver ce comparatif sur cette page. Face à de tels dysfonctionnements (principalement absence totale d’information à la population via le site internet communal et rupture d’égalité de traitement des conseillers municipaux), l’opposition municipale de Chambourcy a été contrainte, en désespoir de cause, après de multiples requêtes au niveau municipal, de déposer il y a quelques jours, le 13 novembre, un recours auprès du tribunal administratif de Versailles. Vous trouverez sur le site des élus de l’opposition municipale de Chambourcy tous les détails de ce dossier. L’affaire est désolante, mais ce recours est nécessaire et salutaire, selon nous.

Et pour finir sur une note positive, saluons l’initiative de la mairie de Poissy, qui a retransmis « en live » sur YouTube et DailyMotion son conseil municipal du lundi 24 novembre. Il n’y avait sûrement pas foule (200 connexions sur YouTube quand même). Mais voilà comment doit vivre notre démocratie locale, ici, chez nous, dans le nord-est des Yvelines, en 2014. Pas en humiliant l’opposition et en se contentant d’afficher les ordres du jour et les comptes rendus de conseils sur un mur de la mairie !

Réforme territoriale : brisons un tabou !

Initiée avec la proposition de simplification des conseils départementaux et régionaux par Nicolas Sarkozy, la volonté d’une vaste réforme territoriale semble maintenant une évidence de part et d’autre de l’échiquier politique national.

Depuis le 1er janvier de cette année, Chambourcy participe à l’intercommunalité dénommée « Seine et Forêt », intercommunalité qui sera transformée en communauté d’agglomération au 1er janvier prochain puis fusionnera en 2016 avec celles des boucles de Seine et de Maisons-Lafitte/Le Mesnil  pour aboutir à un bassin de population de près de trois cents mille habitants

Même si l’on peut regretter une précipitation dans la mise en place de cette réforme qui crée les conditions de « replis sur soi défensifs », il reste évident que ces transformations soulèvent d’ores et déjà de nombreuses questions.

Quelle sera la place des six mille camboriciens et de leurs représentants ultra-minoritaires au sein d’une intercommunalité cinquante fois plus grosse ?

Quelle sera la place des camboriciens si l’intercommunalité reste le siège de batailles d’égos et de baronnies qui défendent chacun leur pré carré ?

Ne serait-il pas temps de ne plus se voiler la face et de reconnaître que la création de nouvelles entités administratives et politiques sans en supprimer les plus petites serait un non sens tant historique qu’économique ?

Ne serait-il pas temps d’avoir le courage d’abandonner le repli sur soi au profit de tous ?

Ne serait-il pas temps que Chambourcy (mais aussi d’autres petites communes), au nom des intérêts de ses habitants, devienne le moteur de cette réforme territoriale à l’échelle de notre intercommunalité en brisant un tabou politique : celui de la fusion des communes ?

N’hésitons plus et osons nous poser toutes ces questions.

 

F. Linée

      Frédéric Linée,

     Président du groupe Vigilance pour Chambourcy

      http://vigilance-chambourcy.fr