Réunion publique à Fourqueux : +15% d’impôts locaux si la fusion ne se faisait pas

180920_fqx_01

Réunion publique ce jeudi à L’Espace de Fourqueux sur le projet de commune nouvelle mais entre fourqueusiens. Arnaud Péricard, maire de Saint-Germain-en-Laye, a brillé par son absence. Il rappelle volontiers en ce moment qu’il n’était pas à l’origine de l’initiative fin 2017 et que, surtout, il n’entend pas que ce projet perturbe sa 1ère campagne municipale en tant que tête de liste en 2019-2020.

C’est Bernard Ophèle, 1er adjoint à Fourqueux, qui a plaidé avec rigueur le choix immédiat de la commune nouvelle pour Saint-Germain-en-Laye/Fourqueux/Mareil-Marly (puisque L’Étang-la-Ville s’est retirée) ou même seulement Saint-Germain-en-Laye/Fourqueux ce qui est une hypothèse de plus en plus probable.

Argument choc : si la fusion ne se faisait pas, l’excédent financier actuel de la commune (1,878 millions d’euros à fin 2017) va fondre comme neige au soleil durant les sept prochaines années et la commune sera en déficit à partir de 2025. Ceci sans tenir compte de l’impact des pénalités liées au déficit de logements sociaux : 120000 € par an actuellement (200 logements manquants x 600 €) mais sans doute beaucoup plus à terme du fait du non respect du plan triennal (500000 ou 600000 € par an). Pour financer ces pénalités il faudra se résoudre à augmenter la part communale des impôts locaux de 15%. Bernard Ophèle n’a pas produit le tableau correspondant à l’hypothèse fusion. Mais dans ce cas pas d’imposition supplémentaire du fait de la mutualisation du SRU et surtout des recettes nouvelles importantes : de l’ordre de 300000 € par an rien que pour les droits de mutation immobiliers. Actuellement une partie de ces taxes échappe à la commune parce qu’elle compte moins de 5000 habitants. Elle va alimenter un fonds départemental de péréquation entre petites communes à la discrétion du Conseil départemental.

Prochaine étape du projet commune nouvelle à Fourqueux : une « consultation citoyenne » le dimanche 30 septembre avec la rigueur d’une votation (contrôle d’identité) mais sans la prise de risque du référendum local. Ce ne sera pas oui/non sur le projet mais un genre de quizz avec des observations à destination des élus qui se prononceront définitivement en conseil municipal en novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.