Nouvelle carte des agglos : les réactions des élus

Ils se sont exprimés ! Les présidents des principales intercommunalités ont fait part de leur réaction sur le site de leur EPCI ou au Courrier des Yvelines (parution du 3 septembre), suite à la sortie de la nouvelle carte du préfet de région. Celle-ci définit les futures nouvelles communautés d’agglomération tout autour de la Métropole du Grand Paris. Trois réactions assez différentes : enthousiaste, favorable (sans plus), résignée.

Karl_OliveEnthousiaste : Karl Olive pour Poissy-Achères-Conflans (PAC) qui semble aujourd’hui définitivement séparée de Saint-Germain : « Cette fusion [de PAC avec les Deux rives de la Seine et la Camy de Mantes-la-Jolie] peut offrir une opportunité indéniable pour notre territoire… [et] représenter un levier pour obtenir, notamment, plus de subventions de l’ État et faire de notre zone un territoire en expansion… Nous sommes un peu la zone creuse dans l’axe Paris-Rouen-Le Havre. L’interco va nous permettre de nous affirmer plus ».

pierre_fondFavorable : Pierre Fond pour Boucle de la Seine (fiancée par le préfet de région à Saint Germain Seine et Forêts, Maisons-Mesnil et Bezons) et qui paraît bien placé pour présider le nouvel ensemble de 340000 habitants : « La structure sera plus intégrée et bénéficiera d’un poids plus important pour négocier avec l’État sur les sujets qui nous concernent et qui sont nombreux : transports en commun, aménagement du territoire ou encore politique du logement […] Le conseil communautaire [de Boucle de la Seine] votera, je l’espère, ce passage en agglomération le 24 septembre ». Lire le Tribune de Pierre Fond.

jeanyves_perrotRésigné enfin : Jean-Yves Perrot pour St Germain Seine et Forêts (rapprochée de Boucle de la Seine, Maisons-Mesnil et Bezons) : « Cette carte est tout sauf une surprise… Dans un délai très court et dans un exercice de figure imposée, le préfet a fait le choix de sortir le tube de colle en rapprochant des espaces pré-existants. On ne s’est reposé aucune question à cette occasion sur le fond des choses. Le seuil des 200 000 habitants aurait pu conduire à une autre approche. C’est une étape dans la procédure… Attendons les avis des conseils municipaux qui vont suivre… Ce que j’espère c’est que les services de l’État mettront la même ardeur à nous aider que celle qu’ils ont mise à décider la nouvelle carte ».

Il reste donc peu de place pour une tentative de réexamen – voire pour chercher à comprendre les choix du préfet – avant la date butoir en décembre prochain. Alors, faute de mieux, peut-être un vrai débat dans les prochains conseils municipaux ? En attendant, nouvelle réunion ce vendredi 5 septembre de la CRCI (Commission Régionale de Coopération Intercommunale) à la préfecture de région à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>