L’idée de consultation publique fait peu à peu son chemin (à Fourqueux)

cn_180612_01Première réunion publique sur la commune nouvelle à Fourqueux le 12 juin. Oui, première réunion publique alors que l’étude est lancée depuis six mois. Beaucoup, beaucoup trop tard… mais forte mobilisation. Sans doute au moins autant de participants à l’Espace Pierre Delanoë qu’aux deux réunions publiques de Saint-Germain cumulées qui ont eu lieu il y a quelques jours.

Qu’en retenir ? D’abord que la nécessité d’une consultation publique avec vote fait peu à peu son chemin. Mais les maires ont toujours un peu en tête que la demande de référendum local est une façon de tenter de faire échouer leur projet sans passer par le vote en conseil municipal. Faux ! Il ressort des nombreuses opinions exprimées qu’il y a en même temps une assez forte adhésion à la proposition de commune nouvelle et une demande assez partagée d’une consultation publique pour éclairer au moins le vote des conseillers municipaux. Les fourqueusiens sont très attachés à leur petite démocratie locale et ils l’ont bien montré ce mardi soir.

Ensuite il y a les freins, les craintes. Et parmi elles la future représentation de Fourqueux (27 conseillers municipaux actuellement) au sein du futur conseil municipal de « Grand Saint-Germain » (49 élus). Dans le projet de charte de gouvernance il semble que 12 « postes » de conseillers soient dévolus aux trois petites communes, soit environ 4 pour Fourqueux. Ceci dans l’hypothèse de réduction de 124 à 49 du nombre de conseillers municipaux de la commune nouvelle avant les élections de 2020. A l’occasion de celles-ci il y aura compétition entre listes de 49 avec des fourqueusiens dans chacune d’elles. Combien de fourqueusiens en plus du maire actuel Daniel Level figureront en position éligible sur la liste conduite par Arnaud Péricard ? La question ne sera probablement pas tranchée avant fin 2019 – début 2020. Mais cela ne concernera peut-être que deux, maximum trois personnes. Ce n’est donc pas un détail. La quasi-totalité des élus de la majorité municipale s’apprêtent, en votant pour la commune nouvelle, à renoncer à siéger en 2019 ou 2020. Que la fusion se fasse à 4, à 3 ou à 2 ne changera pas grand chose. A 2 (Saint-Germain/Fourqueux), scénario le plus probable actuellement, la commune nouvelle sera représentée par 43 conseillers comme Saint-Germain seule puisque l’on resterait dans la tranche 40000-49999.

Autre crainte : l’ajout d’une nouvelle couche au millefeuille administratif. L’indolence affligeante de la communauté d’agglomération SGBS est sans doute à l’origine de ce scepticisme. Mais il a été facile de démontrer lors de la réunion publique que la commune nouvelle avec la réduction du nombre d’élus et les services unifiés va dans le sens de l’efficacité et des économies. Même si le nombre des fonctionnaires territoriaux ne sera réduit qu’à l’occasion des départs en retraite (10% dans les 3 ans) ce qui n’annonce pas une gestion des ressources humaines très dynamique…

Enfin, un point important a été développé par Bernard Ophèle, 1er adjoint de Fourqueux. A ceux qui estiment que les élus actuels n’ont pas mandat pour voter la commune nouvelle et qu’il faut reporter le débat aux élections municipales de 2020, il fait une mise en garde. La commune nouvelle aura dans ce cas bien du mal à se mettre en place. Car il y aura toujours 124 élus issus des élections de 2020 et la fusion ne pourra être effective avec un conseil à 49 que bien plus tard, sans doute pas avant 2024 ou 2025.

Retrouvez ci-dessus la vidéo de la réunion publique à Saint-Germain-en-Laye du 30 mai. A visionner en particulier à partir de 41 mn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>