Le Pecq champion de l’Internet Très Haut Débit !

thd_04

L’Internet Très Haut Débit arrive dans nos logements et surtout dans les petites entreprises. Cela doit être une priorité absolue pour nos collectivités qui souhaitent attirer (et même maintenir) sur leur territoire des entreprises petites et moyennes. A partir de 8 ou 10 salariés permanents dans beaucoup de secteurs un débit minimum de 30 Mbps est INDISPENSABLE désormais pour développer une activité compétitive dans les services professionnels. Or on en est encore loin dans beaucoup de zones d’activité de notre intercommunalité. Avec cependant une exception : Le Pecq. 

Il existe trois solutions pour bénéficier du THD dans les locaux de particuliers ou professionnels : le DSL sur la ligne téléphonique (solution classique depuis le début des années 2000), le câble modernisé à base de fibre optique (mais terminaison en câble coaxial et partage du débit offert entre abonnés de l’immeuble ou du voisinage), la fibre optique FTTH (fiber to the home). Cette dernière technologie est à préférer aujourd’hui surtout pour les professionnels mais aussi de plus en plus pour les particuliers gros consommateurs de services numériques via ordinateur, TV, tablette ou mobile.

L’idéal pour le consommateur serait de pouvoir choisir entre un DSL très performant à plus de 30 Mbps (ce qui n’est possible que si l’on réside très près des équipements des opérateurs), une solution câble classique à plus de 100 Mbps et la fibre optique FTTH. Un véritable privilège encore aujourd’hui.

Attention aux messages ambigus de certains opérateurs qui nous vendent comme de la fibre optique des services de câble classique (FTTB, fiber to the building) qui ne garantissent absolument pas les débits promis. Avant de choisir, consultez les déploiements en cours de fibre FTTH (par Orange dans notre région) et les conventions passées par nos communes avec les opérateurs télécoms. Le déploiement de la fibre FTTH s’accélère actuellement et il n’est pas opportun de s’engager sur un nouvel abonnement câble FTTB là où les travaux de génie civil sont programmés pour installer la fibre FTTH (c’est le cas à Fourqueux par exemple).

La Mission Très Haut Débit englobée désormais dans la nouvelle Agence du Numérique vient de rendre publics les résultats de sa dernière étude THD (juin 2015) pour les 36000 communes de métropole et des DOM. Nous avons isolé dans ces résultats ceux concernant les 20 communes de la future communauté d’agglomération regroupant Saint-Germain Seine et Forêts, Boucle de la Seine, Maisons-Mesnil et Bezons.

L’observatoire THD nous indique l’état des lieux en juin. Nous nous sommes attachés à distinguer le vrai THD à 100 Mbps et plus. Cela paraît énorme comme débit. Pourtant bien utile pour travailler à plusieurs sur de gros projets avec des échanges fréquents de vidéos ou de fichiers de plans 3D. Quelles sont les communes actuellement les mieux armées, les plus accueillantes pour les demandeurs de Très Haut Débit ? L’observatoire mesure l’éligibilité c’est-à-dire la capacité des locaux à bénéficier de telle ou telle technologie (il ne s’agit donc pas de connexions installées).

Nous avons établi ce classement en deux temps. Première étape : le palmarès des communes selon le niveau d’éligibilité des locaux à la fibre FTTH à 100 Mbps et plus. Deuxième étape pour discriminer les communes où la fibre FTTH n’est pas encore déployée (donc à 0% sur le premier critère) : prise en compte du classement d’éligibilité sur le câble classique.

thd_05

Dans ce cadre d’étude Le Pecq se distingue pour proposer à la fois la fibre FTTH et le câble avec des niveaux d’éligibilité très élevés pour les deux technologies à la fois. C’est le cas aussi de Croissy et de Chatou. La commune du Vésinet se glisse à la 2ème place de notre classement car elle offre un bon mix entre fibre FTTH et DSL à plus de 30 Mbps. Au Pecq on observe une complémentarité entre le câble (85,9% de locaux éligibles) et la fibre optique FTTH (66,9%) pour offrir globalement à 95,3% des locaux un accès à 100 Mbps et plus. Autrement dit pour 56,9% de leurs locaux, les pisciacais ont le choix entre câble à 100 Mbps et plus et fibre à 100 Mbps et plus. C’est l’un des meilleurs taux au niveau national et seules Montrouge, Maisons-Alfort, Issy-les-Moulineaux et Neuilly-sur-Seine font mieux en région parisienne.

A part Le Pecq qui enjambe la Seine et est donc une proche voisine du Vésinet et de Croissy, les communes de Saint-Germain Seine et Forêts ne brillent pas dans ce domaine du THD. Seule Saint-Germain-en-Laye, grâce à ses quartiers sud fibrés (Bel Air), offre un certain choix entre câble (97,2%) et fibre FTTH (15,3%). Pour les autres communes, pas de fibre FTTH, donc il faut se reporter sur le câble dans la plupart des cas ou se contenter du DSL à moins de 30 Mbps. Aigremont ne peut compter que sur du câble à plus de 30 Mbps tout comme Le Mesnil-le-Roi. A quelques kilomètres de distance, le contraste est donc saisissant entre Le Pecq (95,3% de locaux pouvant bénéficier du 100 Mbps et plus) et Aigremont (0%).

thd_01b      Couverture en technologie DSL seule. Plus de 30 Mbps en centre ville (pour seulement certaines communes) près des équipements opérateurs mais les débits chutent rapidement dès que l’on s’en éloigne.

thd_02b

Couverture en technologie câble classique. Certaines communes ne sont pas câblées : Montesson, Houilles…

thd_03

Couverture en technologie fibre optique FTTH. Elle garantit un débit de 100 Mbps et plus.

thd_04

Couverture combinée en DSL, câble et fibre optique FTTH.


Source : Mission Très Haut Débit, données publiées sous licence ouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.