L’Étang-la-Ville renonce à la commune nouvelle

180912_elv_01

Une commission générale (conseil municipal à huis clos sur un point précis) était prévue à L’Étang-la-Ville ce mercredi 12 septembre comme nous l’avions signalé dans notre agenda. Mais les conseillers de la majorité de cette commune se sont réunis dès mardi autour du maire, lequel a décidé alors d’abandonner le processus devant aboutir au vote en faveur de la commune nouvelle en novembre.

Les conseillers d’opposition ELVA n’ont été prévenus (par courriel !) que peu avant la commission générale de mercredi qui finalement n’aura pas eu lieu puisqu’il s’agissait de valider une étape supplémentaire vers la commune nouvelle.

Cette décision est raisonnable mais surprend quand même.

► D’abord parce que Jean-Yves Bouhourd, maire de L’Étang-la-Ville, s’était publiquement et assez courageusement engagé en juin sur l’organisation dans sa commune d’une consultation directe en vue d’éclairer le vote du conseil municipal.

► Ensuite parce que ce retrait ignore la prochaine élection municipale de Mareil-Marly des 23 et 30 septembre. On s’attendait plutôt à un retrait éventuel de ELV après ce scrutin au cas où la nouvelle majorité de Mareil-Marly se révélait hostile à la fusion immédiate ce qui est probable mais n’est pas joué d’avance. L’intégration de L’Étang-la-Ville dans la commune nouvelle sans Mareil-Marly paraît en effet absurde compte tenu de la géographie des lieux.

Les conseillers d’opposition ELVA s’interrogent également sur leur Blog.

« La forme de cette annonce de sortie de la fusion est quelque peu étonnante et surtout nous prive d’entendre les raisons et justifications avancées par Monsieur le Maire et ses conseillers d’arrêter à ce stade le processus de fusion.

« Il faut que cette décision soit absolument formalisée et entérinée au prochain Conseil Municipal pour entendre les raisons de ce revirement de position ! »

A retenir de ce revirement : rien dans ce projet de commune nouvelle ne se débat ni ne se décide en conseil municipal à L’Étang-la-Ville comme ailleurs. Cela est consternant et surtout attristant. Chez nous, la démocratie locale et le débat citoyen restent à inventer.

Autre constat qui s’impose, on se dirige encore un peu plus, comme on le pressentait, vers une fusion à deux Saint-Germain-en-Laye / Fourqueux, sans chercher d’aucune manière à recueillir le consentement des électeurs de cette dernière petite commune. Mais peut-être, finalement, que, comme à L’Étang-la-Ville, la raison l’emportera…

Élections municipales à Mareil-Marly en septembre

Comme nous l’avons déjà signalé, le projet de commune nouvelle n’est pas du tout un long fleuve tranquille. La crise municipale à Mareil-Marly déclenchée par le rejet du budget le 9 avril est un obstacle de taille. Dernier épisode en date : le courriel adressé par le sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye aux élus de Mareil le 2 juillet. Il y aura des élections municipales à Mareil-Marly en septembre ou au plus tard début octobre prochains. Une étape assez logique en l’absence de majorité, compte tenu du refus de Brigitte Morvant, maire élue en 2014, de démissionner. Le sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye, Stéphane Grauvogel, réagit à la démission récente de 12 conseillers municipaux de l’ancienne majorité, les suivants dans la liste conduite par Brigitte Morvant, Mareil Esprit Village, refusant de siéger.

180702b_sprefsg

Comment dans ces conditions décider sereinement de la constitution d’une commune nouvelle ? Avec seulement les électeurs de Mareil-Marly qui pourront désigner avant le vote en conseil municipal une majorité favorable ou non au projet de fusion. Une consultation directe était envisagée à L’Étang-la-Ville mais on n’en entend plus parler. A Fourqueux rien n’est prévu.

Mise à jour du 15/07/2018 : les deux tours des élections municipales de Mareil-Marly sont programmés pour les dimanche 23 et 30 septembre.

L’idée de consultation publique fait peu à peu son chemin (à Fourqueux)

cn_180612_01Première réunion publique sur la commune nouvelle à Fourqueux le 12 juin. Oui, première réunion publique alors que l’étude est lancée depuis six mois. Beaucoup, beaucoup trop tard… mais forte mobilisation. Sans doute au moins autant de participants à l’Espace Pierre Delanoë qu’aux deux réunions publiques de Saint-Germain cumulées qui ont eu lieu il y a quelques jours.

Qu’en retenir ? D’abord que la nécessité d’une consultation publique avec vote fait peu à peu son chemin. Mais les maires ont toujours un peu en tête que la demande de référendum local est une façon de tenter de faire échouer leur projet sans passer par le vote en conseil municipal. Faux ! Il ressort des nombreuses opinions exprimées qu’il y a en même temps une assez forte adhésion à la proposition de commune nouvelle et une demande assez partagée d’une consultation publique pour éclairer au moins le vote des conseillers municipaux. Les fourqueusiens sont très attachés à leur petite démocratie locale et ils l’ont bien montré ce mardi soir.

Ensuite il y a les freins, les craintes. Et parmi elles la future représentation de Fourqueux (27 conseillers municipaux actuellement) au sein du futur conseil municipal de « Grand Saint-Germain » (49 élus). Dans le projet de charte de gouvernance il semble que 12 « postes » de conseillers soient dévolus aux trois petites communes, soit environ 4 pour Fourqueux. Ceci dans l’hypothèse de réduction de 124 à 49 du nombre de conseillers municipaux de la commune nouvelle avant les élections de 2020. A l’occasion de celles-ci il y aura compétition entre listes de 49 avec des fourqueusiens dans chacune d’elles. Combien de fourqueusiens en plus du maire actuel Daniel Level figureront en position éligible sur la liste conduite par Arnaud Péricard ? La question ne sera probablement pas tranchée avant fin 2019 – début 2020. Mais cela ne concernera peut-être que deux, maximum trois personnes. Ce n’est donc pas un détail. La quasi-totalité des élus de la majorité municipale s’apprêtent, en votant pour la commune nouvelle, à renoncer à siéger en 2019 ou 2020. Que la fusion se fasse à 4, à 3 ou à 2 ne changera pas grand chose. A 2 (Saint-Germain/Fourqueux), scénario le plus probable actuellement, la commune nouvelle sera représentée par 43 conseillers comme Saint-Germain seule puisque l’on resterait dans la tranche 40000-49999.

Autre crainte : l’ajout d’une nouvelle couche au millefeuille administratif. L’indolence affligeante de la communauté d’agglomération SGBS est sans doute à l’origine de ce scepticisme. Mais il a été facile de démontrer lors de la réunion publique que la commune nouvelle avec la réduction du nombre d’élus et les services unifiés va dans le sens de l’efficacité et des économies. Même si le nombre des fonctionnaires territoriaux ne sera réduit qu’à l’occasion des départs en retraite (10% dans les 3 ans) ce qui n’annonce pas une gestion des ressources humaines très dynamique…

Enfin, un point important a été développé par Bernard Ophèle, 1er adjoint de Fourqueux. A ceux qui estiment que les élus actuels n’ont pas mandat pour voter la commune nouvelle et qu’il faut reporter le débat aux élections municipales de 2020, il fait une mise en garde. La commune nouvelle aura dans ce cas bien du mal à se mettre en place. Car il y aura toujours 124 élus issus des élections de 2020 et la fusion ne pourra être effective avec un conseil à 49 que bien plus tard, sans doute pas avant 2024 ou 2025.

Retrouvez ci-dessus la vidéo de la réunion publique à Saint-Germain-en-Laye du 30 mai. A visionner en particulier à partir de 41 mn.

La fibre optique arrive à Fourqueux et Mareil-Marly : comment en profiter ?

Saint-Germain-en-Laye et les communes environnantes, à l’exception du Pecq, ne bénéficiaient pratiquement pas jusqu’à présent d’accès Internet très haut débit. Mais depuis quelques semaines le déploiement de la fibre optique va bon train y compris pour les zones d’habitat individuel, notamment sur Fourqueux et Mareil-Marly, communes qui ont signé des conventions avec Orange. Chacun peut vérifier l’état d’avancement en recherchant son adresse sur le site http://reseaux.orange.fr/couverture-fibre. Le pictogramme orange, comme ceux figurant ci-dessous, indique que la fibre peut être installée chez vous très rapidement.

fibre_261215_02

Dans ce cas où l’éligibilité à la fibre est constatée, il suffit de passer commande chez Orange via Internet (les autres opérateurs ne semblent pas pour l’instant très motivés). Dans les jours suivants (environ 48 heures ouvrées dans notre cas) vous serez contacté par Orange qui fixera le rendez-vous pour l’installation. Dans le cas d’une maison, prévoyez de vous libérer une demi-journée pour guider et aider le technicien. Lire la suite

Vivement 2020 !

Il s’est joué ces derniers jours un triste épisode de la vie de notre démocratie locale. Le 23 novembre à Montesson les maires des 20 communes de la nouvelle communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine ont établi les statuts de celle-ci. Comme le prévoit la loi, un « accord des maires » permet d’augmenter le nombre de conseillers communautaires afin de favoriser les plus petites communes. Au lieu de 74 conseillers (dont 24 pour les 10 communes de Saint-Germain Seine et Forêts au lieu de 40 actuellement), les maires en ont demandé 94 (dont 33 pour SGSF), chiffre ramené à 92 (dont 31) par le préfet. Du coup l’objectif d’avoir au moins 2 conseillers par commune n’est pas atteint (Aigremont et Mareil-Marly n’en ont plus qu’un). Donc à quoi bon les 18 conseillers supplémentaires, sans parler de l’armée mexicaine des 15 vice-présidents prévus au bureau communautaire. Lire la suite

Des orientations pour le futur territoire : priorité au développement économique !

Dans la marine à voile on appelle cela un changement d’amure, un virement de bord. Le navire était encalminé trop près du port, le voilà accélérant dans la risée.

Du conseil communautaire de Saint-Germain Seine et Forêts du 30 septembre nous étions ressorti un peu désespérés devant l’absence de vision et de débat (lire le compte-rendu). De quoi donner sans doute quelques idées à certains élus. Pour la séance suivante du 4 novembre, ce sont en effet les deux conseillers d’opposition du groupe socialiste Pascal Lévêque (élu de Saint-Germain-en-Laye) et Jacques Chesnais (Marly-le-Roi) qui ont pris les choses en main, esquissant de manière très concrète le futur de la grande intercommunalité de plus de 330000 habitants qui va être créée dès le 1er janvier 2016. En commençant par les orientations prioritaires que voici :

ca041115_gs_01

 

Ces compétences et ces orientations ainsi hiérarchisées ont été détaillées lors du conseil avec des projets d’actions concrètes. Lire la suite