532 000 € d’aide à la mobilité durable

Comme déjà annoncé, la communauté d’agglomération va soutenir des opérations de mobilité durable décidées par les communes membres. Finalement le fonds de concours a été porté de 500000 à près de 532000 € au total. Tous les dossiers retenus bénéficient du taux maximum de 50% du montant du projet d’investissement affecté à la mobilité douce, après déduction d’éventuelles autres subventions.

Neuf communes sur dix en sont bénéficiaires. Seule Fourqueux n’a pas cru bon de soumettre un projet. Daniel Level, maire de Fourqueux, a indiqué lors du conseil communautaire de mercredi dernier que, étant engagé sur d’autres priorités, il n’a pas cherché à racler « les fonds des tiroirs » pour y trouver un dossier qui aurait pu bénéficier d’une aide intercommunale. Cela a de quoi surprendre dans la mesure où cette commune mène actuellement une importante opération d’aménagement d’un parc urbain dans laquelle la mobilité durable aurait pu être mieux prise en compte.

 Population municipaleMontant attribué en €Montant attribué / habitant en €
Saint-Germain-en-Laye39 476211 564 €5,36 €
Marly-le-Roi16 60056 417 €3,40 €
Le Pecq16 35042 482 €2,60 €
Louveciennes7 12019 167 €2,69 €
Chambourcy5 85779 375 €13,55 €
Le Port-Marly5 08961 696 €12,12 €
L'Étang-la-Ville4 68832 186 €6,87 €
Fourqueux4 05500,00 €
Mareil-Marly3 51925 462 €7,24 €
Aigremont1 1203 462 €3,09 €
TOTAL103 874531 811 €5,12 €

Le 1er rapport d’activité de Saint-Germain Seine et Forêts

ra2014_01

En application de la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la REpublique) du 7 août 2015, les intercommunalités ont obligation de soumettre pour avis aux conseils municipaux des communes membres «un rapport relatif aux mutualisations de services et le projet de schéma afférent» (article 74). Les conseils municipaux doivent se prononcer avant le 1er octobre. Dans le cas de Saint-Germain Seine et Forêts, c’est un rapport d’activité 2014 qui a été transmis aux mairies. Lire la suite

L’interco pour Les Nuls*

Le Conseil communautaire du 24 mars était consacré au débat d’orientation budgétaire. Pascal Lévêque, conseiller d’opposition de Saint-Germain-en-Laye, a souligné que notre toute jeune communauté d’agglomération n’avait finalement qu’un rôle de caisse enregistreuse, l’essentiel de ses recettes étant reversé aux communes. C’est assez bien vu. Mais on pourrait aussi parler d’une lessiveuse ou mieux d’un alambic.

En effet, la plus grande partie des produits qui alimentent la machine s’évaporent… Ils retournent dans la nature, c’est-à-dire vers nos mairies. 35 millions d’euros de recettes annuelles pour l’interco et à la sortie on obtient un tout petit distillat de 0,5 million d’euros (1,4%) d’actions concrètes (pas forcément des investissements) éventuellement visibles pour les citoyens contribuables.

Qui est le bouilleur de cru aux manettes de cet alambic ? C’est Emmanuel Lamy, vice-président chargé des finances. Il est sans doute le seul au conseil communautaire avec quelques proches à connaître toutes les subtilités et le jargon proprement insupportable de la fiscalité territoriale. Ce faisant, l’assemblée délibérante ne risque pas de paraître autre chose qu’une réunion de maires parmi tant d’autres et une couche de plus, inutile, dans le millefeuille institutionnel.

Mardi soir, pour ce « DOB » 2015, pourtant saturé de sigles abscons et de chiffres, la vidéoprojection de la superbe salle multimédia de l’hôtel de ville de Saint-Germain-en-Laye est restée éteinte. Pourquoi ? Alors on s’y est collé ! Et voilà le résultat (à partir de ce que l’on a compris…). Cliquer pour agrandir :

cc_240315e
Dans le document fourni aux élus pour le Débat d’Orientation Budgétaire, les dépenses courantes ne sont pas chiffrées. Emmanuel Lamy a indiqué oralement au cours du débat le chiffre de 0,3 M€. Il a également fait ressortir un excédent de 1,5 M€. Dans ce cas il nous semble qu’il manque le détail pour 0,3 M€ de dépenses dont on ne connaît pas l’affectation. Est-ce que le principe de la non rémunération des conseillers communautaires est maintenu pour 2015 ? Espérons que ce point sera éclairci lors du débat avant le vote du budget le 8 avril.


* 1er épisode d’une longue série… Les Nuls désignent ici nous tous. Ceux que l’on ne veut pas, délibérément, informer sur les vrais enjeux de notre intercommunalité, à travers un réel effort d’explication et de communication qui ne doit pas être laissé au seul bon vouloir des maires qui d’ailleurs n’ont aucun intérêt à s’investir dans cette mission qui leur est confiée.

Nous tenons à disposition des autres Blogs et sites Internet citoyens les sources de notre PowerPoint. Nous contacter via info@seine-forets.fr

620 € de dette communale moyenne par habitant

Les communes préparent leurs budgets 2015. Avec la chute des dotations de l’État et le niveau bas des taux d’intérêt, elles auront certainement la tentation d’avoir recours à l’emprunt. Certaines peuvent encore se le permettre. D’autres non.

Nous avons compilé les chiffres du ministère de l’Économie concernant l’endettement à fin 2013 des 10 communes de l’intercommunalité. Comme on peut le constater, il existe des écarts énormes, de 1 à 10 pour la dette par habitant, de 1 à 20 pour l’annuité par habitant. Nos communes se répartissent autour de la moyenne nationale de 607 € de dette par habitant et de 91 € d’annuité par habitant.
Lire la suite