La mobilité en marche… c’est mercredi 16 septembre

mob_080915_01

 

Mareil-Marly, rue du Belvédère. On peut la monter à vélo, mais pas la descendre…

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais les panneaux « interdit aux vélos » me mettent en rage ! Et il y en a encore beaucoup trop ! Comment peut-on en 2015 refuser l’accès à une voie publique à un cycliste ? Comment ne pas encourager par tous les moyens possibles l’usage des engins non motorisés (ou alors juste l’assistance électrique) ?

L’aménagement de l’espace – et tout particulièrement les transports intercommunautaires – est la première nommée des compétences de la communauté d’agglomération Saint-Germain Seine et Forêts. Des actions transports ont été votées en début d’année en conseil communautaire. L’une d’entre elles était la participation à la semaine européenne de la mobilité (16 au 22 septembre). Cela se concrétisera mercredi 16 septembre de 9h à 18h à Saint-Germain-en-Laye sur la Place du Marché où sont prévues diverses animations organisées avec la participation de l’opérateur Transdev (bus hybride diésel-électrique). Lire la suite

Impôts locaux 2015 : hausse des taux dans 5 des 10 communes

Lors des dernières séances des conseils municipaux les communes de notre communauté d’agglomération ont été déterminés les taux des taxes locales. Parmi les 10 communes, 5 ont décidé de ne rien changer, reconduisant les taux de 2014 et en général ceux de 2013. Ce sont Saint-Germain-en-Laye, Marly-le-Roi, Chambourcy, Louveciennes et Le Port-Marly.

Dans les 5 autres communes, les taux sont relevés : L’Etang-la-Ville, Fourqueux, Mareil-Marly, Le Pecq et Aigremont. Lire la suite

Budget 2015 : 76% redonné aux communes

« Notre communauté et notre travail ne sont pas lisibles pour nos concitoyens. A ce stade et sur notre façon de faire, nous contribuons à une nouvelle strate administrative totalement illisible pour nos administrés ». C’est ainsi que Pascal Lévêque, conseiller communautaire d’opposition, élu de Saint-Germain-en-Laye, a conclu son intervention du 8 avril, avant le vote du budget 2015 de la Communauté d’agglomération Saint-Germain Seine et Forêts. Il s’est donc prononcé défavorablement sur ce budget, tout comme Jacques Chesnais, conseiller de Marly-le-Roi, regrettant que « par une absence de choix d’actions, nous redonnons 76% de nos recettes aux communes, rayant ainsi d’un trait de plume le fondement et la base de projets dits intercommunaux ».

Pour Emmanuel Lamy, vice-président en charge des finances, compte tenu du contexte, « sans redistribution nous ne pourrions tout simplement pas bâtir le budget de nos communes, c’est donc une obligation de fait ». Du coup seule la compétence transports est effectivement transférée et bénéficiera de la totalité du budget d’investissements 2015. Nous avons présenté les projets d’actions dans cet article. Mais, comme le fait remarquer Jacques Chesnais, on va se retrouver en 2016 aux côtés d’une communauté de la Boucle de la Seine qui elle travaille depuis neuf ans et continue en 2015 à accroître son avance sur des projets de mutualisation de moyens.

Pierre Morange nous répond

Nous nous étions interrogés précédemment, sans aucune animosité d’ailleurs comme on peut facilement le vérifier, sur le maintien du principe de la non rémunération des élus communautaires (lire L’interco pour les Nuls). La réponse ne figure pas dans les documents budgétaires mais elle a été fournie en séance publique par Pierre Morange, vice-président de l’intercommunalité et député-maire de Chambourcy. « Notre collègue [Pascal Lévêque*] évoquait un Blog citoyen dans lequel il y a une sorte d’allusion sur une affectation budgétaire dont la détermination serait incertaine. Il y aurait une suspicion, tout au moins un sous-entendu, selon laquelle une somme de quelques dizaines de milliers d’euros pourrait être éventuellement affectée à la rémunération donc à des indemnités aux élus. Je crois que le mieux c’est de balayer le sujet en réaffirmant la vertu qui nous anime à savoir que ni le président ni les vice-présidents ne touchent de rémunération et d’indemnité sur notre communauté d’agglomération et ce sujet doit être brandi avec fierté comme l’étendard, le témoignage de notre transparence. »

Voilà qui est dit et désormais transcrit ! Pour ce qui est des encouragements de la part de l’exécutif communautaire à notre démarche citoyenne, ce sera pour plus tard… ou jamais. Un gage de notre indépendance.

___________
* Pascal Lévêque a repris dans son intervention notre image de l’alambic pour décrire la tuyauterie budgétaire.

Budget primitif 2015 de la communauté d’agglomération

cc_081415b

Départementales : de faibles nuances de bleu entre les communes

cantons_310315a

L’analyse détaillée par communes des résultats du 2ème tour des élections départementales montre une grande cohérence du corps électoral de notre région. Dans les 5 cantons étudiés le contexte était exactement le même : un binôme Union de la Droite (UMP-UDI) ou UMP face à un binôme Socialiste. Pas de candidats FN au second tour, pas de triangulaire. Ce qui permet une comparaison entre les communes qui constitueront pour la plupart sans doute en 2016 la future grande agglomération de 340000 habitants prévue par le schéma régional.

La Droite réalise entre 61,58% (Carrières-sur-Seine) et 85,24% (Rocquencourt). Ce sont les valeurs extrêmes et, comme on peut le voir ci-dessus, le vote à droite s’amplifie fortement dès que l’on franchit vers le sud la A13. A l’opposé il s’affaiblit, tout en restant au-delà des 60%, lorsque l’on se dirige vers le nord-est de la zone. Passée la limite Yvelines – Val d’Oise le paysage change radicalement. A Bezons, le PS s’impose largement avec 63,85% des voix face au FN.

Dans la plupart des communes le score de l’Union de la Droite tourne autour de 70 à 75%. Mais le PS garde quelques points d’ancrage à 30% environ dans chaque canton : Carrières-sur-Seine (38,42%) bien sûr et sa voisine Houilles (36,44%), et dans les autres cantons Marly-le-Roi (33,49%), Le Pecq (30,57%), La Celle-Saint-Cloud (30,43%) ou Sartrouville (29,60%).

La participation est très faible (moins de 38%). C’est à Mareil-Marly que l’on a le plus voté (43,19% des inscrits) et à Saint-Germain-en-Laye que l’on a le moins voté (33,84%).

Si l’on additionne les votes blancs et nuls, ils sont les plus forts à Carrières-sur-Seine (3,05%) et à Bailly (3,04%), les plus faibles au Vésinet (1,44%).

cantons_310315c

Départementales : la parité femme-homme s’imposera aussi pour les vice-présidences

cg_yvelines_01
C’est un point qui est peu évoqué par les commentateurs politiques. Ce dimanche matin, un journaliste d’Europe 1 paraissait même encore ignorer cette réforme si importante. Surtout dans les Yvelines où le conseil général sortant ne compte que des vice-présidents hommes (9 sur 9). Juste après l’élection jeudi 2 avril par les nouveaux conseillers départementaux de leur président, ils auront également à élire la commission permanente de l’assemblée départementale : au maximum 12 vice-président(e)s dans le cas des Yvelines (30% du nombre de conseillers élus) et quelques membres supplémentaires. Ce sera un scrutin de liste et, pour la première fois, chaque liste présentée (il n’y en aura sans doute qu’une pour les Yvelines) sera composée alternativement d’un candidat de chaque sexe (lire plus loin le nouveau texte du code général des collectivités territoriales).

Ainsi pour les Yvelines peut-on s’attendre à la désignation jeudi de 4 à 6 vice-présidentes. Risquons un pronostic. Les élues sortantes, une fois réélues ce 29 mars, méritent certainement de figurer dans la liste concoctée par Pierre Bédier. Sont concernées : Marie-Hélène Aubert (canton de Versailles-2), Christine Boutin (Rambouillet) et Josette Jean (Bonnières-sur-Seine). Il y aurait donc au moins une vice-présidente (sans doute plutôt deux) non issue du conseil général sortant.  Lire la suite

L’interco pour Les Nuls*

Le Conseil communautaire du 24 mars était consacré au débat d’orientation budgétaire. Pascal Lévêque, conseiller d’opposition de Saint-Germain-en-Laye, a souligné que notre toute jeune communauté d’agglomération n’avait finalement qu’un rôle de caisse enregistreuse, l’essentiel de ses recettes étant reversé aux communes. C’est assez bien vu. Mais on pourrait aussi parler d’une lessiveuse ou mieux d’un alambic.

En effet, la plus grande partie des produits qui alimentent la machine s’évaporent… Ils retournent dans la nature, c’est-à-dire vers nos mairies. 35 millions d’euros de recettes annuelles pour l’interco et à la sortie on obtient un tout petit distillat de 0,5 million d’euros (1,4%) d’actions concrètes (pas forcément des investissements) éventuellement visibles pour les citoyens contribuables.

Qui est le bouilleur de cru aux manettes de cet alambic ? C’est Emmanuel Lamy, vice-président chargé des finances. Il est sans doute le seul au conseil communautaire avec quelques proches à connaître toutes les subtilités et le jargon proprement insupportable de la fiscalité territoriale. Ce faisant, l’assemblée délibérante ne risque pas de paraître autre chose qu’une réunion de maires parmi tant d’autres et une couche de plus, inutile, dans le millefeuille institutionnel.

Mardi soir, pour ce « DOB » 2015, pourtant saturé de sigles abscons et de chiffres, la vidéoprojection de la superbe salle multimédia de l’hôtel de ville de Saint-Germain-en-Laye est restée éteinte. Pourquoi ? Alors on s’y est collé ! Et voilà le résultat (à partir de ce que l’on a compris…). Cliquer pour agrandir :

cc_240315e
Dans le document fourni aux élus pour le Débat d’Orientation Budgétaire, les dépenses courantes ne sont pas chiffrées. Emmanuel Lamy a indiqué oralement au cours du débat le chiffre de 0,3 M€. Il a également fait ressortir un excédent de 1,5 M€. Dans ce cas il nous semble qu’il manque le détail pour 0,3 M€ de dépenses dont on ne connaît pas l’affectation. Est-ce que le principe de la non rémunération des conseillers communautaires est maintenu pour 2015 ? Espérons que ce point sera éclairci lors du débat avant le vote du budget le 8 avril.


* 1er épisode d’une longue série… Les Nuls désignent ici nous tous. Ceux que l’on ne veut pas, délibérément, informer sur les vrais enjeux de notre intercommunalité, à travers un réel effort d’explication et de communication qui ne doit pas être laissé au seul bon vouloir des maires qui d’ailleurs n’ont aucun intérêt à s’investir dans cette mission qui leur est confiée.

Nous tenons à disposition des autres Blogs et sites Internet citoyens les sources de notre PowerPoint. Nous contacter via info@seine-forets.fr

Canton de Saint-Germain-en-Laye : ballotage UMP-UDI / PS

Avec 56,13% d’abstentions, les 52,66% obtenus par le binôme UMP-UDI ne suffisent pas à passer la barre des 25% des inscrits (22,38%) pour être élu dès le premier tour. Il y aura donc un 2ème tour dimanche prochain face au PS arrivé deuxième et qui distance le FN de 3 points.

Départementales : les résultats du 1er tour

L’abstention dépasse les 56%. Or, pour être élu au premier tour, le binôme vainqueur doit recueillir non seulement plus de 50% des voix mais aussi un nombre de suffrages au moins égal à 25% des électeurs inscrits. Il y aura donc un second tour dimanche prochain sur le canton de Saint-Germain-en-Laye : UMP-UDI (Elisabeth Guyard et Philippe Pivert) face au PS (Angéline Silly et Thibaud Eychenne).

Même genre de résultat sur le canton de Sartrouville. Pierre Fond, le conseiller général sortant, et Janick Gehin obtiennent 55,73% des suffrages, mais seulement 23,47% des inscrits. Ils affronteront au second tour Isabelle Amaglio et Yoann Matot (PS-PRG).

Le FN juste devant le PS dans le canton de Poissy. Le binôme Karl Olive – Elodie Sornay (UMP) en position très favorable pour le 2ème tour mais n’a obtenu la majorité absolue que sur la commune de Poissy (56%).