Budget 2015 : 76% redonné aux communes

« Notre communauté et notre travail ne sont pas lisibles pour nos concitoyens. A ce stade et sur notre façon de faire, nous contribuons à une nouvelle strate administrative totalement illisible pour nos administrés ». C’est ainsi que Pascal Lévêque, conseiller communautaire d’opposition, élu de Saint-Germain-en-Laye, a conclu son intervention du 8 avril, avant le vote du budget 2015 de la Communauté d’agglomération Saint-Germain Seine et Forêts. Il s’est donc prononcé défavorablement sur ce budget, tout comme Jacques Chesnais, conseiller de Marly-le-Roi, regrettant que « par une absence de choix d’actions, nous redonnons 76% de nos recettes aux communes, rayant ainsi d’un trait de plume le fondement et la base de projets dits intercommunaux ».

Pour Emmanuel Lamy, vice-président en charge des finances, compte tenu du contexte, « sans redistribution nous ne pourrions tout simplement pas bâtir le budget de nos communes, c’est donc une obligation de fait ». Du coup seule la compétence transports est effectivement transférée et bénéficiera de la totalité du budget d’investissements 2015. Nous avons présenté les projets d’actions dans cet article. Mais, comme le fait remarquer Jacques Chesnais, on va se retrouver en 2016 aux côtés d’une communauté de la Boucle de la Seine qui elle travaille depuis neuf ans et continue en 2015 à accroître son avance sur des projets de mutualisation de moyens.

Pierre Morange nous répond

Nous nous étions interrogés précédemment, sans aucune animosité d’ailleurs comme on peut facilement le vérifier, sur le maintien du principe de la non rémunération des élus communautaires (lire L’interco pour les Nuls). La réponse ne figure pas dans les documents budgétaires mais elle a été fournie en séance publique par Pierre Morange, vice-président de l’intercommunalité et député-maire de Chambourcy. « Notre collègue [Pascal Lévêque*] évoquait un Blog citoyen dans lequel il y a une sorte d’allusion sur une affectation budgétaire dont la détermination serait incertaine. Il y aurait une suspicion, tout au moins un sous-entendu, selon laquelle une somme de quelques dizaines de milliers d’euros pourrait être éventuellement affectée à la rémunération donc à des indemnités aux élus. Je crois que le mieux c’est de balayer le sujet en réaffirmant la vertu qui nous anime à savoir que ni le président ni les vice-présidents ne touchent de rémunération et d’indemnité sur notre communauté d’agglomération et ce sujet doit être brandi avec fierté comme l’étendard, le témoignage de notre transparence. »

Voilà qui est dit et désormais transcrit ! Pour ce qui est des encouragements de la part de l’exécutif communautaire à notre démarche citoyenne, ce sera pour plus tard… ou jamais. Un gage de notre indépendance.

___________
* Pascal Lévêque a repris dans son intervention notre image de l’alambic pour décrire la tuyauterie budgétaire.

Budget primitif 2015 de la communauté d’agglomération

cc_081415b

2 commentaires au sujet de “Budget 2015 : 76% redonné aux communes

  1. Pour être complet sur le sujet, Jean-Yves Perrot, président de l’intercommunalité, est intervenu immédiatement après Pierre Morange en faisant cette déclaration : « Je n’ai pas lu le Blog citoyen en question, mais en effet à ce moment-là ce n’est plus un Blog citoyen, c’est un Blog d’imagination. On peut toujours avoir des représentations imaginaires. Je me plais souvent à rappeler le mot de Raymond Aron qui parlait de marxismes imaginaires. Même sur les réseaux sociaux effectivement on peut avoir beaucoup d’imagination. Je pensais que cette affaire était claire mais s’il faut le rappeler ici, c’est une bonne occasion de le faire. »
    Nous nous en tiendrons pour l’heure à ce compte-rendu. Mais, il faut le reconnaître, nous avons été un instant un peu surpris en cette soirée du 8 avril par ces mots : « la vertu qui nous anime », « marxismes imaginaires ». La première phrase comme en négatif de notre démarche, la deuxième se voulant une analyse ramassée et lumineuse de notre état d’esprit. Cela faisait beaucoup en l’espace de seulement une minute trente. Mais comme vous le savez le public citoyen n’a pas de droit de réponse lors des assemblées communautaires même lorsqu’il est directement mis en cause. Il ne peut ni intervenir oralement ni même exprimer silencieusement une quelconque opinion.

  2. Raymond Aron c’est bien, mais on peut citer aussi George Orwell : « Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux autres ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>