Et maintenant, « la fusion chaotique »…

Le quotidien économique Les Echos, dans son cahier Entreprises & Collectivités de ce mercredi, propose je crois pour la troisième fois cette année un article sur le projet de fusion de communes autour de Saint-Germain-en-Laye.

Contrairement aux articles parus le même jour dans Le Courrier des Yvelines – que l’on a connu plus avisé pour ce genre de sujet sensible au niveau local – sur cette page du quotidien économique tout y est : renoncement surprise du maire de L’Étang-la-Ville qui admet – terrible constat – que l’efficacité de la fusion ne serait pas au rendez-vous, vote communal massif et tout aussi surprenant contre la fusion immédiate à Mareil-Marly, enfin étonnante tout autant la consultation citoyenne à Fourqueux anti-absorption à 70% ! Une excellente analyse du journaliste Alain Piffaretti que nous encourageons à revenir sur le sujet prochainement.

lesechos_181010

Bon, c’est écrit petit (cliquez dessus pour agrandir un peu), la photo paraît assez hors sujet (plaine de Montesson depuis la terrasse de Saint-Germain ?), mais dans l’article tout y est ! Avec une conclusion qui ne sera certainement pas démentie : « Il y a fort à parier que la mobilisation ne devrait pas faiblir dans les deux camps dans les semaines à venir ».

L’idée de consultation publique fait peu à peu son chemin (à Fourqueux)

cn_180612_01Première réunion publique sur la commune nouvelle à Fourqueux le 12 juin. Oui, première réunion publique alors que l’étude est lancée depuis six mois. Beaucoup, beaucoup trop tard… mais forte mobilisation. Sans doute au moins autant de participants à l’Espace Pierre Delanoë qu’aux deux réunions publiques de Saint-Germain cumulées qui ont eu lieu il y a quelques jours.

Qu’en retenir ? D’abord que la nécessité d’une consultation publique avec vote fait peu à peu son chemin. Mais les maires ont toujours un peu en tête que la demande de référendum local est une façon de tenter de faire échouer leur projet sans passer par le vote en conseil municipal. Faux ! Il ressort des nombreuses opinions exprimées qu’il y a en même temps une assez forte adhésion à la proposition de commune nouvelle et une demande assez partagée d’une consultation publique pour éclairer au moins le vote des conseillers municipaux. Les fourqueusiens sont très attachés à leur petite démocratie locale et ils l’ont bien montré ce mardi soir.

Ensuite il y a les freins, les craintes. Et parmi elles la future représentation de Fourqueux (27 conseillers municipaux actuellement) au sein du futur conseil municipal de « Grand Saint-Germain » (49 élus). Dans le projet de charte de gouvernance il semble que 12 « postes » de conseillers soient dévolus aux trois petites communes, soit environ 4 pour Fourqueux. Ceci dans l’hypothèse de réduction de 124 à 49 du nombre de conseillers municipaux de la commune nouvelle avant les élections de 2020. A l’occasion de celles-ci il y aura compétition entre listes de 49 avec des fourqueusiens dans chacune d’elles. Combien de fourqueusiens en plus du maire actuel Daniel Level figureront en position éligible sur la liste conduite par Arnaud Péricard ? La question ne sera probablement pas tranchée avant fin 2019 – début 2020. Mais cela ne concernera peut-être que deux, maximum trois personnes. Ce n’est donc pas un détail. La quasi-totalité des élus de la majorité municipale s’apprêtent, en votant pour la commune nouvelle, à renoncer à siéger en 2019 ou 2020. Que la fusion se fasse à 4, à 3 ou à 2 ne changera pas grand chose. A 2 (Saint-Germain/Fourqueux), scénario le plus probable actuellement, la commune nouvelle sera représentée par 43 conseillers comme Saint-Germain seule puisque l’on resterait dans la tranche 40000-49999.

Autre crainte : l’ajout d’une nouvelle couche au millefeuille administratif. L’indolence affligeante de la communauté d’agglomération SGBS est sans doute à l’origine de ce scepticisme. Mais il a été facile de démontrer lors de la réunion publique que la commune nouvelle avec la réduction du nombre d’élus et les services unifiés va dans le sens de l’efficacité et des économies. Même si le nombre des fonctionnaires territoriaux ne sera réduit qu’à l’occasion des départs en retraite (10% dans les 3 ans) ce qui n’annonce pas une gestion des ressources humaines très dynamique…

Enfin, un point important a été développé par Bernard Ophèle, 1er adjoint de Fourqueux. A ceux qui estiment que les élus actuels n’ont pas mandat pour voter la commune nouvelle et qu’il faut reporter le débat aux élections municipales de 2020, il fait une mise en garde. La commune nouvelle aura dans ce cas bien du mal à se mettre en place. Car il y aura toujours 124 élus issus des élections de 2020 et la fusion ne pourra être effective avec un conseil à 49 que bien plus tard, sans doute pas avant 2024 ou 2025.

Retrouvez ci-dessus la vidéo de la réunion publique à Saint-Germain-en-Laye du 30 mai. A visionner en particulier à partir de 41 mn.

Décision des maires fin septembre début octobre

IMG_1687
Arnaud Péricard tenait sa deuxième réunion publique sur la commune nouvelle ce vendredi 1er juin dans le quartier du Bel Air dans la salle de la Soucoupe. Le discours commence à être bien rôdé, servi par un consultant Eneis très convaincant (Paul Saraïs). Mais la première question du débat qui suit l’exposé liminaire porte sur le référendum local… Ce qui jette un froid. Discussion écartée d’emblée, le maire ayant déjà reçu longuement la personne questionnante. Et alors ? Il faudrait un minimum argumenter…

Les autres questions quoique pertinentes paraissent du coup accessoires : Quel nom pour la commune nouvelle ? Est-ce si important de passer la barre des 50000 habitants et devenir la 2ème ville des Yvelines ? Conséquences fiscales ? Hausse de certains tarifs de services communaux ?

Sans trop s’appesantir sur les questions d’urbanisme, de LLS et de SRU, le maire de Saint-Germain-en-Laye a pourtant mis en avant de nouveaux arguments pour la commune nouvelle. Ce serait le passage obligé pour garantir le maintien à Saint-Germain du Tribunal d’instance, du commissariat de police nationale voire de la sous-préfecture alors que d’autres agglomérations proches sont beaucoup plus dynamiques (Sartrouville, Conflans, Poissy…). Ce sont des points importants qu’il faudrait davantage étayer et qui manquent peut-être dans l’étude Eneis.

La question qui nous importe le plus, le référendum local, est donc écartée sans vraiment argumenter. Le principal frein à l’organisation du référendum local semble être la participation des électeurs de Saint-Germain qui pourrait être dérisoire. Oui c’est une vraie prise de risque. Mais pourquoi ne pas innover en la matière ? Et pourquoi ne pas organiser une simple consultation publique des électeurs des petites communes avant le vote en conseil municipal en novembre afin d’éclairer les conseillers municipaux qui n’ont pas en la matière à suivre aveuglément la décision de leur maire.

A l’issue de la réunion publique nous avons interrogé ce vendredi soir Arnaud Péricard sur le calendrier. Selon l’édile de Saint-Germain, les maires vont prendre leur décision sur la création de la commune nouvelle fin septembre ou début octobre. Très vite ensuite, donc sans doute courant octobre, le conseil municipal de Mareil-Marly qui n’accorde plus sa confiance à son maire Brigitte Morvan devra se prononcer sur le projet. On connaîtra alors le périmètre de la future commune nouvelle ce qui paraît raisonnable. A 4 avec Mareil ou à 3 sans Mareil. Ensuite seulement pourra être établi le projet de résolution sur laquelle devront se prononcer les conseils municipaux en novembre en prévoyant sans doute la possibilité de retrait de L’Étang-La-Ville en cas de rejet par le conseil municipal de Mareil.

Pourquoi craindre le référendum local sur la commune nouvelle ?

La commune nouvelle doit être une décision citoyenne, pas seulement celle des maires et des majorités municipales. Pour le moment les oppositions municipales des petites communes concernées ont bien du mal à faire entendre leur voix.

A Fourqueux, la liste d’opposition NEF (Nouvelle Énergie pour Fourqueux, 6 conseillers sur 27) a demandé au maire de prendre l’engagement d’organiser un référendum puis, dans un autre courrier, d’inscrire à l’ordre du jour d’un prochain conseil municipal (26 mars ou fin avril) la question du référendum local. Daniel Level, maire de Fourqueux, a refusé.

Sa réponse : « Nous évoquerons ensemble, le moment opportun, la manière dont nous devons consulter les foulqueusiens après avoir eu les résultats de l’étude et je vous engage par votre présence, à participer aux différents ateliers »

Du coup NEF a informé de sa démarche les conseillers du groupe majoritaire en espérant ouvrir au moins un débat. Mais ce n’est pas gagné !

Pourquoi ce refus du référendum local ? Mais que craignent donc les maires ? Le rejet par principe des électeurs de tout projet soumis à référendum ? Une participation insuffisante ?

Dans le cas de Fourqueux il suffit de consulter les résultats des dernières consultations nationales référendaires pour s’apercevoir que le problème ne peut pas être là. Lorsqu’ils sont convoqués, les fourqueusiens votent massivement (plus de 80% de votants !) et soutiennent le projet proposé (pour plus des 2/3 des suffrages exprimés). Mais alors il est où le problème ? Madame, messieurs les maires dites-nous !

 Référendum du 20/09/1992 (Maastricht)Référendum du 29/05/2015 (traité européen)
Votants Fourqueux80,60%80,28%
Votants France entière69,70%69,37%
Vote "Oui" Fourqueux68,07%80,39%
Vote "Oui" France entière51,04%45,33%

 

 

Tram 13 Express : les inquiétudes apaisées alors que les travaux vont commencer

tramtrain_260916_01

Ambiance au départ un peu électrique pour la réunion d’information sur le Tram 13 Express organisée le 26 septembre dans la salle multimédia de l’hôtel de ville de Saint-Germain-en-Laye. Les usagers du RER A excédés par les retards et les dysfonctionnements craignaient en effet que la future virgule du Tram 13 Express entre Saint-Germain Grande Ceinture et Saint-Germain RER n’aggrave encore la situation. Stéphane Beaudet, vice-président du Conseil régional chargé des transports, et les représentants du STIF, de la SNCF et de la RATP ont pu les rassurer. Le nouveau Tram 13 Express devrait transporter à partir de 2020 ou 2021 environ 21000 voyageurs/jour, 3000/heure aux heures de pointe dont 700/heure pour la virgule. Lire la suite

Primaires de la droite et du centre : la majorité des maires soutient Alain Juppé

aj_270816

© Philippe de Poulpiquet

Les électeurs en décideront mais, jusqu’à preuve du contraire, le nord-est des Yvelines est un JuppéLand. On le sait déjà depuis plusieurs mois, les maires de communes de Saint-Germain Boucles de Seine soutiennent assez massivement Alain Juppé pour la Primaire de la droite et du centre qui se tiendra les 20 et 27 novembre. Alain Juppé a d’ailleurs tenu son meeting de rentrée le 27 août sur l’île des Impressionnistes à Chatou.

Sur les 19 maires de droite, onze se sont déjà déclarés en faveur d’Alain Juppé et deux pour François Fillon. Parmi les maires indécis ou qui ne se sont pas prononcés il semble que devraient se dégager au moins deux ou trois soutiens à Nicolas Sarkozy. Nous tiendrons régulièrement de tableau ci-après à jour. Lire la suite

La fibre optique arrive à Fourqueux et Mareil-Marly : comment en profiter ?

Saint-Germain-en-Laye et les communes environnantes, à l’exception du Pecq, ne bénéficiaient pratiquement pas jusqu’à présent d’accès Internet très haut débit. Mais depuis quelques semaines le déploiement de la fibre optique va bon train y compris pour les zones d’habitat individuel, notamment sur Fourqueux et Mareil-Marly, communes qui ont signé des conventions avec Orange. Chacun peut vérifier l’état d’avancement en recherchant son adresse sur le site http://reseaux.orange.fr/couverture-fibre. Le pictogramme orange, comme ceux figurant ci-dessous, indique que la fibre peut être installée chez vous très rapidement.

fibre_261215_02

Dans ce cas où l’éligibilité à la fibre est constatée, il suffit de passer commande chez Orange via Internet (les autres opérateurs ne semblent pas pour l’instant très motivés). Dans les jours suivants (environ 48 heures ouvrées dans notre cas) vous serez contacté par Orange qui fixera le rendez-vous pour l’installation. Dans le cas d’une maison, prévoyez de vous libérer une demi-journée pour guider et aider le technicien. Lire la suite

Vivement 2020 !

Il s’est joué ces derniers jours un triste épisode de la vie de notre démocratie locale. Le 23 novembre à Montesson les maires des 20 communes de la nouvelle communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine ont établi les statuts de celle-ci. Comme le prévoit la loi, un « accord des maires » permet d’augmenter le nombre de conseillers communautaires afin de favoriser les plus petites communes. Au lieu de 74 conseillers (dont 24 pour les 10 communes de Saint-Germain Seine et Forêts au lieu de 40 actuellement), les maires en ont demandé 94 (dont 33 pour SGSF), chiffre ramené à 92 (dont 31) par le préfet. Du coup l’objectif d’avoir au moins 2 conseillers par commune n’est pas atteint (Aigremont et Mareil-Marly n’en ont plus qu’un). Donc à quoi bon les 18 conseillers supplémentaires, sans parler de l’armée mexicaine des 15 vice-présidents prévus au bureau communautaire. Lire la suite

Ligne L Transilien Grande Ceinture Ouest : combien de voyageurs ?

Gco_nois_stnom4

Ce sont des trains fantômes lorsqu’on les voit, depuis la réouverture partielle de la ligne en décembre 2004, passer dans nos quartiers, circulant sans relâche, quasiment à vide, toutes les 15 minutes aux heures de pointe, de Saint-Germain Grande Ceinture à Noisy-le-Roi, en passant par Saint-Germain Bel Air Fourqueux, Mareil-Marly et Saint-Nom la Bretèche Forêt de Marly. Et lorsqu’on emprunte ces trains on se sent le plus souvent bien seul. Une demi-douzaine de voyageurs tout au plus dans une rame offrant 272 places assises.

Combien de voyageurs profitent effectivement de la ligne L du Transilien dans son extension Grande Ceinture Ouest ? Lire la suite

Des orientations pour le futur territoire : priorité au développement économique !

Dans la marine à voile on appelle cela un changement d’amure, un virement de bord. Le navire était encalminé trop près du port, le voilà accélérant dans la risée.

Du conseil communautaire de Saint-Germain Seine et Forêts du 30 septembre nous étions ressorti un peu désespérés devant l’absence de vision et de débat (lire le compte-rendu). De quoi donner sans doute quelques idées à certains élus. Pour la séance suivante du 4 novembre, ce sont en effet les deux conseillers d’opposition du groupe socialiste Pascal Lévêque (élu de Saint-Germain-en-Laye) et Jacques Chesnais (Marly-le-Roi) qui ont pris les choses en main, esquissant de manière très concrète le futur de la grande intercommunalité de plus de 330000 habitants qui va être créée dès le 1er janvier 2016. En commençant par les orientations prioritaires que voici :

ca041115_gs_01

 

Ces compétences et ces orientations ainsi hiérarchisées ont été détaillées lors du conseil avec des projets d’actions concrètes. Lire la suite