Départementales : de faibles nuances de bleu entre les communes

cantons_310315a

L’analyse détaillée par communes des résultats du 2ème tour des élections départementales montre une grande cohérence du corps électoral de notre région. Dans les 5 cantons étudiés le contexte était exactement le même : un binôme Union de la Droite (UMP-UDI) ou UMP face à un binôme Socialiste. Pas de candidats FN au second tour, pas de triangulaire. Ce qui permet une comparaison entre les communes qui constitueront pour la plupart sans doute en 2016 la future grande agglomération de 340000 habitants prévue par le schéma régional.

La Droite réalise entre 61,58% (Carrières-sur-Seine) et 85,24% (Rocquencourt). Ce sont les valeurs extrêmes et, comme on peut le voir ci-dessus, le vote à droite s’amplifie fortement dès que l’on franchit vers le sud la A13. A l’opposé il s’affaiblit, tout en restant au-delà des 60%, lorsque l’on se dirige vers le nord-est de la zone. Passée la limite Yvelines – Val d’Oise le paysage change radicalement. A Bezons, le PS s’impose largement avec 63,85% des voix face au FN.

Dans la plupart des communes le score de l’Union de la Droite tourne autour de 70 à 75%. Mais le PS garde quelques points d’ancrage à 30% environ dans chaque canton : Carrières-sur-Seine (38,42%) bien sûr et sa voisine Houilles (36,44%), et dans les autres cantons Marly-le-Roi (33,49%), Le Pecq (30,57%), La Celle-Saint-Cloud (30,43%) ou Sartrouville (29,60%).

La participation est très faible (moins de 38%). C’est à Mareil-Marly que l’on a le plus voté (43,19% des inscrits) et à Saint-Germain-en-Laye que l’on a le moins voté (33,84%).

Si l’on additionne les votes blancs et nuls, ils sont les plus forts à Carrières-sur-Seine (3,05%) et à Bailly (3,04%), les plus faibles au Vésinet (1,44%).

cantons_310315c

Pierre Bédier, l’alchimiste


42 élus sur 42 ! Dans le 78, la victoire est éclatante pour l’UMP et l’UDI rassemblées sous la bannière EPY (Ensemble Pour les Yvelines, le groupe de la majorité départementale). Les binômes socialistes peinent à atteindre les 47% même dans les fiefs de Trappes et de Montigny-le-Bretonneux. Et pour le Front National le plafond de verre est nettement au-dessous à 38-39% à Bonnières-sur-Seine et Limay. Victoire donc sans bavure et grand chelem qui ne nous réjouit nullement car la démocratie se nourrit de l’opposition, du débat constructif, de la pluralité.

Pierre Bédier, président du conseil général sortant, sera donc élu jeudi, à l’unanimité, président du conseil départemental des Yvelines. « L’absence d’opposition ne nous donne pas le champ libre mais cela nous oblige à l’excellence » a-t-il déclaré lundi au Parisien. Dont acte.

Il en a dit aussi un peu plus sur le futur exécutif départemental. « C’est une alchimie où chacun doit trouver sa place. La parité homme-femme sera respectée pour les 12 vice-présidences mais aussi pour les 4 conseillers délégués et les 6 présidents des commissions. D’ici à jeudi, je vais rencontrer individuellement les 41 élus. Les fonctions seront réparties selon les disponibilités des uns et des autres mais aussi de manière équitable sur l’ensemble du territoire. Les choix peuvent générer des frustrations mais pas la moindre friction. »

Lien vers l’article du Parisien.

Départementales : la parité femme-homme s’imposera aussi pour les vice-présidences

cg_yvelines_01
C’est un point qui est peu évoqué par les commentateurs politiques. Ce dimanche matin, un journaliste d’Europe 1 paraissait même encore ignorer cette réforme si importante. Surtout dans les Yvelines où le conseil général sortant ne compte que des vice-présidents hommes (9 sur 9). Juste après l’élection jeudi 2 avril par les nouveaux conseillers départementaux de leur président, ils auront également à élire la commission permanente de l’assemblée départementale : au maximum 12 vice-président(e)s dans le cas des Yvelines (30% du nombre de conseillers élus) et quelques membres supplémentaires. Ce sera un scrutin de liste et, pour la première fois, chaque liste présentée (il n’y en aura sans doute qu’une pour les Yvelines) sera composée alternativement d’un candidat de chaque sexe (lire plus loin le nouveau texte du code général des collectivités territoriales).

Ainsi pour les Yvelines peut-on s’attendre à la désignation jeudi de 4 à 6 vice-présidentes. Risquons un pronostic. Les élues sortantes, une fois réélues ce 29 mars, méritent certainement de figurer dans la liste concoctée par Pierre Bédier. Sont concernées : Marie-Hélène Aubert (canton de Versailles-2), Christine Boutin (Rambouillet) et Josette Jean (Bonnières-sur-Seine). Il y aurait donc au moins une vice-présidente (sans doute plutôt deux) non issue du conseil général sortant.  Lire la suite

L’interco pour Les Nuls*

Le Conseil communautaire du 24 mars était consacré au débat d’orientation budgétaire. Pascal Lévêque, conseiller d’opposition de Saint-Germain-en-Laye, a souligné que notre toute jeune communauté d’agglomération n’avait finalement qu’un rôle de caisse enregistreuse, l’essentiel de ses recettes étant reversé aux communes. C’est assez bien vu. Mais on pourrait aussi parler d’une lessiveuse ou mieux d’un alambic.

En effet, la plus grande partie des produits qui alimentent la machine s’évaporent… Ils retournent dans la nature, c’est-à-dire vers nos mairies. 35 millions d’euros de recettes annuelles pour l’interco et à la sortie on obtient un tout petit distillat de 0,5 million d’euros (1,4%) d’actions concrètes (pas forcément des investissements) éventuellement visibles pour les citoyens contribuables.

Qui est le bouilleur de cru aux manettes de cet alambic ? C’est Emmanuel Lamy, vice-président chargé des finances. Il est sans doute le seul au conseil communautaire avec quelques proches à connaître toutes les subtilités et le jargon proprement insupportable de la fiscalité territoriale. Ce faisant, l’assemblée délibérante ne risque pas de paraître autre chose qu’une réunion de maires parmi tant d’autres et une couche de plus, inutile, dans le millefeuille institutionnel.

Mardi soir, pour ce « DOB » 2015, pourtant saturé de sigles abscons et de chiffres, la vidéoprojection de la superbe salle multimédia de l’hôtel de ville de Saint-Germain-en-Laye est restée éteinte. Pourquoi ? Alors on s’y est collé ! Et voilà le résultat (à partir de ce que l’on a compris…). Cliquer pour agrandir :

cc_240315e
Dans le document fourni aux élus pour le Débat d’Orientation Budgétaire, les dépenses courantes ne sont pas chiffrées. Emmanuel Lamy a indiqué oralement au cours du débat le chiffre de 0,3 M€. Il a également fait ressortir un excédent de 1,5 M€. Dans ce cas il nous semble qu’il manque le détail pour 0,3 M€ de dépenses dont on ne connaît pas l’affectation. Est-ce que le principe de la non rémunération des conseillers communautaires est maintenu pour 2015 ? Espérons que ce point sera éclairci lors du débat avant le vote du budget le 8 avril.


* 1er épisode d’une longue série… Les Nuls désignent ici nous tous. Ceux que l’on ne veut pas, délibérément, informer sur les vrais enjeux de notre intercommunalité, à travers un réel effort d’explication et de communication qui ne doit pas être laissé au seul bon vouloir des maires qui d’ailleurs n’ont aucun intérêt à s’investir dans cette mission qui leur est confiée.

Nous tenons à disposition des autres Blogs et sites Internet citoyens les sources de notre PowerPoint. Nous contacter via info@seine-forets.fr

Canton de Saint-Germain-en-Laye : ballotage UMP-UDI / PS

Avec 56,13% d’abstentions, les 52,66% obtenus par le binôme UMP-UDI ne suffisent pas à passer la barre des 25% des inscrits (22,38%) pour être élu dès le premier tour. Il y aura donc un 2ème tour dimanche prochain face au PS arrivé deuxième et qui distance le FN de 3 points.

Départementales : les résultats du 1er tour

L’abstention dépasse les 56%. Or, pour être élu au premier tour, le binôme vainqueur doit recueillir non seulement plus de 50% des voix mais aussi un nombre de suffrages au moins égal à 25% des électeurs inscrits. Il y aura donc un second tour dimanche prochain sur le canton de Saint-Germain-en-Laye : UMP-UDI (Elisabeth Guyard et Philippe Pivert) face au PS (Angéline Silly et Thibaud Eychenne).

Même genre de résultat sur le canton de Sartrouville. Pierre Fond, le conseiller général sortant, et Janick Gehin obtiennent 55,73% des suffrages, mais seulement 23,47% des inscrits. Ils affronteront au second tour Isabelle Amaglio et Yoann Matot (PS-PRG).

Le FN juste devant le PS dans le canton de Poissy. Le binôme Karl Olive – Elodie Sornay (UMP) en position très favorable pour le 2ème tour mais n’a obtenu la majorité absolue que sur la commune de Poissy (56%).

Revue de presse : le binôme Debout la France à Saint-Germain-en-Laye

Nous n’avons pas eu l’occasion d’assister à une réunion publique du binôme candidat Debout la France (mouvement divers droite de Nicolas Dupont-Aignan) sur le canton de Saint-Germain-en-Laye. Mais, dans notre démarche citoyenne participative, certains éléments de programme de DLF retiennent notre attention : « Rétablir la confiance des Yvelinois en présentant des élus irréprochables, dévoués et désintéressés, sans antécédents judiciaires », « Consulter les citoyens par référendum sur les grands projets du département ». Julien Gourdel nous transmet l’article paru dans Le Courrier des Yvelines du 18 mars que nous reproduisons ici.

courrier_yvelines_180315

Article paru dans Le Courrier des Yvelines le 18 mars 2015.

« Un département qui n’est pas endetté, mais qui ne fait rien ! »

silly_eychenne_190315

Le Parti Socialiste risque gros, très gros, sur ces élections départementales des 22 et 29 mars. Une trentaine de départements peuvent basculer à droite. Dans les Yvelines, l’enjeu est particulier. Le PS ne sera pas évincé puisqu’il ne compte en effet, sur un total de 39, que 9 conseillers sortants, issus des cantons les plus peuplés. Ce petit groupe constitue d’ailleurs à lui seul l’opposition à l’EPY (la majorité départementale) de Pierre Bédier, lequel visait il y a encore quelques semaines le grand chelem en 2015 : 42 élus UMP-UDI sur 42. Il semble s’être ravisé depuis…

Lors de la dernière réunion publique, ce jeudi 19 mars, du binôme socialiste candidat sur le nouveau canton de Saint-Germain-en-Laye, les attaques se sont concentrées autour de l’actuel président du Conseil général. Pascal Lévêque, chef de file PS pour la région de Saint-Germain-en-Laye et parrain du binôme, n’a pas manqué de rappeler les soucis de Pierre Bédier, très probable futur président du Conseil départemental, avec la justice (il a été condamné à de la prison avec sursis pour corruption passive, une condamnation qui a été confirmée en appel). Et c’est de bonne guerre !

Les candidats Angéline Silly et Thibaud Eychenne ont quant à eux détricoté le bilan du Conseil général des Yvelines. « Un département qui n’est pas endetté, mais qui ne fait rien ! » selon Angéline Silly. Les Yvelines sont 98ème, donc tout au fond de la classe, pour les dépenses de solidarité, selon un récent palmarès établi par BFM Business. Ce qui s’explique notamment par l’absence de politique d’aide à l’hébergement en EHPAD des personnes âgées dépendantes, la fermeture de la dernière crèche départementale en 2014 ou la réduction drastique du nombre des PMI pour l’aide à la jeune enfance, des PMI qui sont pourtant par nature des services publics de proximité. De son côté, Thibaud Eychenne (20 ans) déplore le manque d’investissements en faveur des collèges et l’absence d’aide aux étudiants qui leur éviterait le recours à un salariat pénalisant dans leur cursus universitaire.

Une fin de campagne offensive donc dans le quartier du Bel-Air à Saint-Germain-en-Laye. Elle aura été ponctuée ce jeudi soir par un argumentaire complet de Jacques Schellhorn, candidat remplaçant, visant à contrer les thèses du Front national, sans doute le compétiteur le plus redoutable pour le PS actuellement, même dans le canton de Saint-Germain-en-Laye qui pourtant était loin juqu’à présent d’être terre frontiste.

Retrouvez la liste de tous les candidats (5 binômes) pour le canton de Saint-Germain-en-Laye dans cet article.